Entrevue avec Madeleine Arcand de Rose Buddha

Portrait de Madeline Arcand
Rose Buddha

J'ai entendu parler du studio de yoga Rose Buddha quand Madeleine et Maxime, les deux propriétaires, ont ouvert leur studio sur la rue Ontario, à Hochelaga. 

Je marchais sur la rue quand j'ai vu cette belle vitrine qui donne automatiquement le goût de s'arrêter. Le zen transpire même quand on est sur le trottoir et qu'on pointe son nez sur la vitre.

Tout est invitant dans le studio : coussins, couleurs douces, beaux sourires.

C'est une amie entrepreneure qui m'a parlé de Madeleine, "tu devrais la rencontrer!" s'est-elle exclamée en me servant un café.

Il ne m'en fallait pas plus pour que je cogne à la porte du studio et me présenter.

Depuis, mon chemin et celui de Madeleine se sont croisés à plusieurs reprises, notamment durant le Festival Zéro Déchet où nous étions toutes les deux exposantes.

Madeleine et moi au festival zéro déchet
Avec Madeleine durant le Festival Zéro Déchet. Et qui fait un photobomb à l'arrière? Papa et Eli!

Mais assez sur moi!

Voici mon cadeau de Noël à vous chères mamans - je suis cheesy, je publie l'entrevue le 25 décembre! 

Vous allez découvrir une femme qui porte plusieurs chapeaux, qui les porte avec brio et qui a intégré le slow living dans son quotidien, et ce avec 4 enfants!

La Maman Minimaliste : On t’a vu à Bande À Part, Macadam Tribus, RDI Matins, La Guerre des Clics, sur la chaîne Évasion et de Mlle, sur ARTV et la Première Chaîne à Radio-Canada, en plus d’être auteure de romans pour enfants et chroniqueuse pour plusieurs magazines et journaux. W-O-W.

Aujourd’hui, tu es maman de 4 enfants, propriétaire de La Petite Boîte de Prod et co-propriétaire du studio de yoga Rose Buddha. J’aimerais casser la glace avec ta nouvelle initiative à 10 minutes du bonheur. Pourrais-tu me parler d’où t’es venue l’idée et le besoin?

Madeleine : J’étais journaliste, j’ai participé à beaucoup d’émissions de télé et j’ai eu envie d’avoir un meilleur contrôle sur ma vie, sur mes choix et mon horaire. Je me suis tournée vers l’entrepreunariat pour m’aider à le faire, puis j’ai beaucoup étudié pour apprendre et découvrir d’autres outils. Bref, ça s’est fait en transition. Avec À 10 minutes du bonheur, je veux offrir un fast track de mes 10 dernières années. Si je peux te mâcher et donner les outils que j’ai découvert pour être bien, c’est ce que je vais faire! J’en ai tellement plusieurs qui m’ont aidé que je veux les partager.

LMM : Selon toi, en quoi le fait de méditer peut aider à réduire la charge mentale?

M : La méditation assise est une pratique qui t’aide, mais tu peux méditer debout, en cuisinant, en marchant! Quand on est assis, par exemple, on s’exerce à être en pleine conscience. Il y a 2 choses avec la charge mentale. La première est la valeur que tu te donnes et il s'adonne qu'on veut souvent valider cette valeur. Ça ajoute à notre charge. Et la 2e chose est de savoir déléguer. C’est de trouver un partenaire qui t’aide là-dedans. Je délègue, délègue, délègue. Tous les jours!

LMM : À quoi ressemble ton nombre d’heures de travail dans une semaine? 

M : Je débute toujours après 9h et je termine toujours au plus tard à 16h. Les enfants viennent dîner à la maison le midi, sauf celui de 3 ans car il est à la garderie. Les autres ont 6, 9 et 12 ans. Honnêtement, ça m’a pris deux ans et demi à m’organiser et à demander de l’aide pour vivre cet horaire. Par exemple, je reçois 300 courriels par jour mais 30 sont vraiment pour moi, alors je réfère les autres à une personne qui m’aide.

LMM : Est-ce que toi et ton conjoint faites une planification familiale? 

M : Mon chum et moi avons une routine en lien avec les repas. Samedi je commande de l’épicerie - IGA car les sacs sont en papier. Non, je ne prends pas le temps d’y aller en personne. Mes repas sont simples et compte toujours 2 trucs, et non 3 ou 4. Ça peut être par exemple un poisson ou des pâtes avec des légumes. Dans ma vie, présentement, j’ai très peu de temps pour cuisiner, donc je choisis des recettes simples et rapides. Oui, j’arrête de travailler à 16h, mais c’est pour faire les devoirs. Le jeudi, mon chum et moi avons une gardienne pour du temps pour nous deux, donc c’est souvent un truc congelé et les filles a-do-rent. Nous allons environ 1x au resto par semaine car nous aimons ça, alors il nous reste uniquement 5 soupers à prévoir! 

LMM : Par curiosité, qu’est-ce que tu utilises comme outil pour t’aider dans la gestion de ton quotidien / rendez-vous? 

M : Tout est dans mon téléphone! J’utilise le calendrier de mon cellulaire. Mon chum et moi avons aussi une routine bien établie. Deux de nos enfants font de la compétition en gymnastique et ça représente environ 11 heures par semaine pour chacune. Parfois, c’est le même jour mais rarement la même heure. Parfois, ce sont des jours différents. Notre solution est de s’appeller à 15h pour prévoir qui va reconduire qui et où.

Legging de Rose Buddha avec un jeu de cartes de tarot - nature
Rose Buddha

LMM : Parlons vêtements un moment. Rose Buddha a créé une ligne de produits, notamment des leggings fabriqués à partir de bouteilles recyclées. Peux-tu nous en glisser un mot pourquoi toi et ta co-propriétaire avez choisi ce modèle de fabrication?

M : J’avais trouvé des leggings à Bali qui étaient faits en bouteilles de plastique, c’était en 2014. C’était la mode d’en porter et pas seulement pour faire du yoga. Maxime (la co-propriétaire) et moi voulions créer un produit non polluant et dont les gens avaient besoin. On voulait - et on veut toujours offrir - une option verte d’un produit qui existe déjà sur le marché.

LMM : Une ligne de vêtements est non seulement disponible au studio, tu lances aussi le livre À Go, On Ralentit. Je pense que nos lectrices vont bien l’aimer! Peux-tu nous parler du livre? Est-ce qu’il y a un événement déclencheur à sa rédaction?

M : Maxime et moi faisions des retraites de yoga en lien au slow living. Nous avons appris plein de trucs et les éditions de l’Homme nous a approché quand ils ont appris ça. En parallèle, Maxime et moi voulions écrire un livre sur le sujet, alors l’opportunité est arrivée sur un plateau d’argent. Le livre est divisé en 12 chapitres comme les 12 mois de l'année. Nous abordons des sujets tels le zéro déchet, les relations, la performance. Nous avions déjà la théorie dans notre tête, il restait simplement qu’à l’écrire! 

Couverture du livre à go on ralentit
Rose Buddha

LMM : Tu poses la question “ralentir, est-ce que ça se peut?” Justement, quand on devient maman, c’est facile d’oublier nos propres besoins. On répond à celui de nos enfants, on veut répondre aux attentes de notre employeur en plus de vouloir être une blonde présente. Alors… est-ce que ça se peut?

M : C’est sûr que c’est dur quand tu as de jeunes enfants, la gestion du temps est différente d’une personne qui est à la retraite par exemple. Ceci dit, tu peux t’organiser, changer de petites choses, accepter ou refuser des implications. Nous avons tendance à en mettre beaucoup dans notre agenda. C’est bon de se poser des questions “qu’est-ce que j’accepte?”, “où est ma limite?” Le livre permet de réfléchir à tout ça. Je pense que ralentir se fait beaucoup dans les petites actions. C’est sûr que je fais moins d’argent en travaillant de 9h à 16h. J’ai accepté de diminuer mon salaire mais j’ai du temps pour mes enfants et c'est ce qui compte à mes yeux.

LMM : Souvent, on parle de ralentir mais ça peut être un brin confrontant pour une personne qui fait de longues heures au travail et qui doit répondre aux besoins de sa famille en plus des siens. Aurais-tu 1-2 trucs par où commencer?

M : Ça m’a pris 1 an à me désimpliquer de plein de choses. C’est difficile! Car il y a beaucoup de bonnes causes : j’écrivais dans le journal de l’école de mes filles et je faisais du bénévolat une fois par semaine. J’ai choisi d’arrêter pour me libérer du temps pour mes enfants. La 1ère chose que je recommande est de faire du ménage dans l'agenda. La 2e est d’accepter de ne plus être là à tous les soupers. Par exemple, je voulais prendre un cours de yoga par semaine et j’étais stressée! J’attendais que mon chum arrive pour partir à mon cours et j’arrivais à la course... Admettons que tu meurs dans une semaine, qu’est-ce que tu vas faire durant les 7 jours? La réponse permet de connaître nos priorités. Il n’y a pas de solution magique.

(Ça sonne à la porte, une livraison!)

Smoothie aux bleuets et fraises avec fleurs
Photo by Alex Loup on Unsplash

(Madeleine revient avec une boîte dans les bras.)

M : Tous les jours de ma vie, je mange des smoothies eVive. Je sais que ce n’est pas très écolo la livraison… À vrai dire quand j’y pense, je faisais plus de déchets à acheter les ingrédients séparemment. Cette compagnie utilise du plastique recyclé en plus. Je mets du lait de soya et un cube de smoothie dans ma tasse et ma vie devient ultra facile! 

(On revient à nos moutons. =)

LMM : Dans le 4e mois du livre, tu parles de désencombrement. Est-ce que tu veux nous jaser pourquoi est-ce que tu recommandes de désencombrer?

M : Ralentir, c’est aussi avoir moins de ménage à faire. Aller moins souvent au magasin acheter des choses. Moins tu as d’objets, plus tu as du temps. Psychologiquement, quand tu as 4 garde-robes qui débordent, ça encombre la tête. Avec moins d’objets, le seul geste de prendre une serviette devient plus facile. Quand tu ouvres la porte de ton armoire, tu as besoin de liberté! Nous avons une femme de ménage 1x / mois et elle nous aide aussi à nous libérer du temps. 

LMM : Comment se passe l’aventure de la réduction par rapport à tes enfants et à ton chum? Est-ce que c’est facile pour eux de se départir de certains objets ou y a-t-il de la négociation?

M : Pour moi et mon chum, c’est facile. Mais je connais des gens où c’est différent. Mes filles sont déjà mindées zéro déchet. On achète aucun nouveaux vêtements et on va dans les friperies. Je suis chanceuse, elles sont à l’aise avec ça. 

LMM : Est-ce que tu trouves qu’il y a une pièce dans la maison qui est plus facile à trier?

M : Selon moi, le plus important est de prioriser l’espace où tu passes le plus de temps. Notre règle à la maison est de consacrer un mois par année à désencombrer, comme on le propose dans le livre. Je me permets deux boîtes d’objets disons plus sentimentaux car il n’y a pas tant d’espace quand on vit à Montréal!

J'espère que l'entrevue vous a plu!

Pour découvrir l'univers de Madeleine, c'est juste ci-dessous :

Site web du studio de yoga Rose Buddha

À 10 minutes du bonheur