La capacité à dire non (partie 2)

Femme avec un chapeau de paille qui gesticule sur fond rouge
Photo by Cassie Matias on Unsplash

Êtes-vous déjà arrivée à bout de souffle un dimanche soir car la fin de semaine était trop remplie? 

Avant d’avoir une famille, j’étais toujours sortie à gauche et à droite. Brunch par ci, bière par là, le tout mélangé à mes obligations de fins de semaine comme l’épicerie, le lavage, le ménage, etc.

Heureusement, j’ai appris à reconnaître les signes et ralentir un peu. J’ai besoin tous les jours d’un peu de temps seule, sinon je tombe en mode grognon et je suis fatiguée!

Dans un article précédent (partie 1), j’ai abordé la capacité à dire non pour se remettre en premier plan de notre quotidien.

Nous sommes le personnage principal de notre vie, c’est à nous de décider ce que nous voulons faire, que ce soit une petite chose comme aller prendre un café ou non, ou de plus grandes telle que changer de carrière ou garder son boulot!

Aujourd’hui je veux échanger avec vous sur l’importance de connaître ses limites et comment dire non. Je fais de l’anxiété et je peux vous dire que ce n’est pas toujours facile!

Alors si vous êtes comme moi, que l’idée de dire non vous amène des sueurs froides et de l’insomnie, cet article est pour vous. =)

Femme dans un lit avec un drap blanc jusqu'à ses yeux
Unsplash

Connaître vos limites

Quand mon chum et moi avons déménagé dans un même logement, nous passions beaucoup de temps ensemble. Surtout que c’était un studio, pas d'espace privé! Il était spacieux, mais quand même…  

Pour trouver un équilibre, j’ai augmenté mon nombre de “non” à des sorties pour privilégier un peu de temps seule à l’extérieur du condo.

Même si je suis une personne extravertie, j’ai besoin de calme, de silence et d’être dans ma bulle un peu tous les jours.

Aujourd’hui, j’ai parti mon entreprise. Ça requiert beaucoup d'heures de travail, même si c’est une passion pour moi! Aussi, je me fatigue beaucoup plus rapidement car 1 - je n’ai plus la même énergie qu’à 20 ans, et 2 - prendre soin d’un petit dragon me prend beaucoup de cette énergie.

Résultat?

Peu de temps et beaucoup de fatigue à gérer. Disons que les sorties sociales et les engagements ont drastiquement diminué dans ma vie, encore une fois pour trouver un meilleur équilibre.

Bref, pensez à moi est devenu un mantra.

Femme dans un hamac près de l'eau
Photo by Samuel Zeller on Unsplash

Au début de mon congé de maternité, j’allais faire de longues promenades au jardin botanique pour me ressourcer environ une fois par semaine. J’ai gardé cette habitude tout l’été, et j’avoue que le retour du temps doux me fait bien plaisir, je vous pouvoir en profiter à nouveau.

Comment dire non

Dire non est comme le muscle du tri : il suffit de l’activer et avec le temps, il prend de la force. Il faut débuter tranquillement et se montrer de la compassion.

Non, on ne deviendra pas la “no woman” en 24 heures!

Voici quelques trucs pour pratiquer son “non”, à votre rythme. Vous prenez seulement ce qui vous parle...

  • Offrez quelques plages horaires pour planifier quelque chose, en précisant que vous n’êtes pas disponible en dehors de celles-ci.

  • S’il vous est difficile de dire non à une invitation, pensez à dire oui mais avertir que vous serez présente - par exemple - une heure au lieu de trois. On y va tout en douceur…

  • Favorisez un seul engagement social par fin de semaine (je l’applique depuis 2 ans environ et c’est fantastique! Je me rends compte que si j’en ai plus, mon corps et mon attitude ne suivent pas. =)

  • Annoncez que vous prenez des engagements seulement 3-4 semaines à l’avance. J’ai fait cela lors de mon congé de maternité et ho boy! c’était difficile pour moi mais ça m’a beaucoup aidé à m’ajuster à ma nouvelle vie de famille. Cela a généré beaucoup de “non” et de “peut-être”.

  • Écrivez sur vos réseaux sociaux - par exemple - que les prochaines semaines seront dédiées au repos ou à un de vos projets, DONC que vous ne serez pas disponibles entre telle et telle date.

  • Offrez une alternative : si quelqu’un propose un rendez-vous le soir mais que vous préférez le matin, suggérez un brunch au lieu d’un souper.

  • Si le rendez-vous est trop loin de chez vous, vous pouvez suggérer un endroit plus près - au lieu de refuser - ou à mi-chemin.

  • Enfin, traitez-vous comme la chose la plus précieuse au monde. VOUS L'ÊTES! Si vous voulez vous accorder une plage-horaire à chaque jour ou à chaque semaine pour vous reposer, passer du temps en amoureux ou pour un projet personnel, bloquez votre agenda et ne touchez pas à ce moment. Je sais, ça peut être difficile! C’est si facile de déplacer une heure... mais si vous le faites, vous envoyez un signal à vous-même et aux autres que vous n’êtes pas prioritaire. C’est un pensez-y bien.

Femme avec un chapeau de paille les pieds dans une piscine
Photo by Angelo Pantazis on Unsplash

À chacune sa vitesse de croisière

Ma plus grande découverte est que mon entourage comprend si je ne peux pas être présente à un événement. J’ai dû faire des choix au cours des dernières années pour 1 - prendre ma santé en main, 2 - réaliser mes projets.

Quand j’ai débuté le projet d’adoption, j’ai pris un engagement où tous les vendredis soirs, pendant des mois, je remplissais des formulaires. 

C’est la même chose aujourd’hui. Cette fois-ci je démarre mon entreprise, donc il m’est impossible de m’impliquer dans trop de projets, même s’ils sont ponctuels. Je choisis de dire oui à certaines opportunités et en déclinent d'autres (ou je demande de me relancer plus tard).

Le but de mon article n’est pas de vous apprendre à dire non tout le temps. Comme le dit si bien une amie, c’est plutôt d’apprendre la valeur de notre “non” autant que celle de notre “oui”.

Je tente de respecter le plus possible un seul engagement par fin de semaine (parfois il n’y en a pas!) et répondre à mes courriels quand j’ai le temps - pas dans la minute qui suit - consultez mes trucs pour faciliter votre vie au quotidien avec votre cellulaire!

Et vous, êtes-vous capable de dire non facilement ou est-ce que ça vous angoisse? Comment le gérez-vous?

Au plaisir de vous lire chère maman!

Votre douce moitié se tient loin du minimalisme?

Découvrez comment garder l'harmonie sous votre toit avec ces 7 suggestions!

7 approches quand votre douce moitié n’est pas minimaliste