7 approches quand votre douce moitié n’est pas minimaliste

Couple assis sur une roche devant un magnifique paysage
Photo by Timo Stern on Unsplash

“Mon chum n’est pas du tout minimaliste et j’ai de la difficulté à lui faire voir le bon côté de réduire. Il garde absolument tout!”

Chère maman, vous n’êtes pas la seule! C’est LA question qu’on me pose le plus souvent en atelier, autant de la part de madame que de monsieur.

Dans cet article, j’utilise le féminin car c’est mon habitude, mais le contenu s’adresse autant à monsieur qu’à madame, c’est selon votre réalité!

Si vous avez découvert les bienfaits du minimalisme, ne perdez pas espoir pour votre douce moitié. Nous avons chacun notre vitesse de croisière, il faut simplement comprendre celle de l’autre.

Voici quelques conseils pour trouver un compromis et être sur une meilleure longueur d’onde par rapport à la quantité d'objets sous votre toit.

1 - Respecter le rythme de l’autre + donner l'exemple

Un de mes premiers conseils est de prendre conscience du rythme de chacun. Nous sommes toutes uniques, vos partenaires aussi!

Si vous m’aviez parlé de minimalisme il y a 10 ans, je vous aurais regardé d’un drôle d’air…

Diminuer ma consommation? Réduire mes achats de vêtements et cosmétiques? Arrêtez de demander des choses en cadeaux? Je pensais être bien avec mes 60 rouges à lèvres et 50 vernis à ongles. Je ne savais pas que mes quelques centaines de livres avaient un poids physique et émotionnel…

Bref, je n’étais pas prête!

Le chemin du minimalisme peut être quelque chose que l’on connaît dès sa jeunesse (ça dépend de l’éducation reçue), comme on peut le découvrir en tant qu’adulte. Ça peut commencer par un léger tri ici et là, ou nous frapper de plein fouet et créer une prise de conscience.

Observez votre partenaire pour savoir où il est rendu dans son processus, de cette façon vous pourrez ajuster votre discours en conséquence. Pendant ce temps, continuez de donner l'exemple, ça va faire son bout de chemin. =)

Julie-Arsène avec son sac à dos lors d'un voyage au Costa Rica
Cette photo remonte à 2007 au Costa Rica... J'adore partir en voyage avec une valise ou avec mon sac à dos. Avoir seulement l'essentiel est libérateur! Ça m'a pris plus de 30 ans pour l'appliquer à la maison. ;-)

2 - Comprendre le rapport aux objets

Mon deuxième point est en lien avec notre rapport aux objets. Je ne suis pas psychologue, mais j’adore la psycho-pop! Faisons un petit retour en arrière si vous le voulez, juste un moment…

  • Avez-vous manqué d’objets quand vous étiez jeune? Si oui, il est possible que se détacher de vos choses demande un effort gargantuesque.

  • Avez-vous aimé certains jouets ou vêtements au point de vouloir offrir les mêmes à vos enfants? Peut-être que vous répétez le pattern de votre enfance pour que vos enfants vivent eux aussi une expérience positive.

  • Est-ce que vos propres parents sont sentimentaux envers leurs choses et vous ont transmis cette approche? Cela peut rendre l’exercice de faire un tri beaucoup plus ardu.

  • Avez-vous dû repartir à zéro pour un nouveau départ (ex. déménager dans un autre pays), où être entourée d’objets est rassurant et vous donne l’impression de ne rien manquer?

Toutes ces questions sont pertinentes pour vous, tout comme pour votre moitié! 

Derrière notre façon de consommer et de conserver nos choses, il se trouve une enfance qui en dit long sur notre rapport aux objets, tout comme nos choix de vie. Comprendre est la clé du succès.

Julie-Arsène qui embrasse la joue de Heath lors d'un voyage en Nouvelle-Zélande
Heath a activé son muscle du tri bien avant le mien en planifiant sa venue au Canada. C'est d'ailleurs lui qui m'a aidé à simplifier, à mon rythme (disons que j'y ai pris goût rapidement!).
Heath Stannard

3 - Concevoir votre quotidien idéal

Un exercice que j’ai beaucoup apprécié faire avec mon chum est celui du “quotidien de nos rêves”. Maintenant que vous avez exploré le passé, c'est le temps de le faire pour le présent!

C’est très facile : vous prenez chacun une feuille et un crayon, et vous notez absolument TOUT de votre journée de rêve. Votre lever, déjeuner, avant-midi, lunch, après-midi, avec quel moyen de transport vous vous déplacez, l’heure du dodo, etc.

C’est sûr qu’il y aura des différences entre vos journées, pas de panique! Le but est justement de voir là où c’est pareil et là où c’est différent.

Mon chum et moi avons fait cet exercice pour une journée de semaine, et ensuite pour une de fin de semaine. J’ai trouvé cela très révélateur car j’ai mieux compris son rythme (il aime avoir du temps, donc lui une journée trop bookée… le moins possible!).

Comment cet exercice peut aider la discussion sur le minimalisme?

Selon moi, il est plus facile d’arriver à des compromis quand on comprend ce que l’autre aime et sa vision idéale du quotidien. N’oublions pas que nos habitudes et nos désirs motivent une grande partie de nos comportements!

Heath dans un hamac à la campagne
Le rythme de mon chum est différent du mien. Il aime prendre le temps de bien faire chaque chose et de moins planifier d'activités pour mieux en profiter. Il m'inspire à ralentir mon propre rythme!
Julie-Arsène

4 - Valider vos attentes

J’ai appris bien sur le tard qu’il est impossible de changer l’autre, à moins que cette personne veuille sincèrement modifier son comportement ou ses habitudes. Oui, c’est possible de changer, mais il faut y croire, que ça vienne de soi et laisser du temps à la personne.

La solution? Ajuster ses propres attentes.

Si votre partenaire se laisse traîner, il est fort probable que même s’il fait un excellent tri demain matin, les choses continuent de traîner un peu. Il ne se transformera pas en Madame Doubtfire en un jour!

Si votre moitié a des outils pour ouvrir un Canadian Tire, même après avoir gardé uniquement ce qu’il aime vraiment et ce qui est utile, il est possible que vous ayez toujours plus d’outils que l’ensemble des maisons sur votre rue.

Comme je l’ai écrit : à chacun son rythme, et c'est tant mieux si votre chum embarque dans l'aventure de la réduction!

Série d'outils bien rangés sur un mur
Photo by Barn Images on Unsplash

Une approche que vous pouvez proposer est de sélectionner des coins de pièces / tiroirs / armoires où votre partenaire pourra y mettre tout ce qu'il veut. Je trouve que c'est un excellent compromis pour limiter l'encombrement et rencontrer les attentes mutuelles.

5 - Suggérer un premier tri d’objets non-sentimentaux

Si vous lisez ce blogue, vous êtes probablement curieuse sur le minimalisme et comment réduire. Vous savez donc que certains objets sont plus difficiles à se départir que d’autres.

Sa collection d’outils prend toute la place? Il conserve mille et une photos? Tous les bricolages de vos enfants? Je vous comprends, vous avez HÂTE à un tri. Ceci dit, la meilleure façon d’activer le muscle de votre moitié est en débutant par des articles faciles.

Les trois meilleures catégories pour encourager votre partenaire à débuter son tri sont : les vêtements, les produits de salle de bain, et les articles de cuisine (s’il ne cuisine pas, vous pouvez lui suggérer la décoration).

On garde le sentimental pour la fin! (même si vous avez hâte...)

6 - Encourager l’autre pour chaque petite victoire

Justement. Dans l’exemple précédent, vous pouvez choisir de voir que 1 - il reste encore beaucoup de choses à votre chum dans le garage et en nombre d’outils, ou 2 - il a fait un tri, youpi!

Si votre moitié a tendance à s’encombrer, ELLE LE SAIT.

Mon conseil? Célébrez toutes les petites victoires, tous les tiroirs et coins de pièce où votre partenaire a fait un tri.

Du renforcement positif, ça marche avec tout le monde!

Couple sur le dessus d'une montagne s'enlaçant
Photo by Toa Heftiba on Unsplash

Il existe plusieurs types de défis en ligne pour rendre l’exercice de réduire plus amusant, et il y a souvent une communauté qui y est associée. C’est agréable d’échanger et de rester motivé pour la personne qui fait le défi!

7 - Faire un pitch de vente

Si toutes les approches ci-haut ne fonctionnent pas, je vous suggère celle-ci : faire un pitch de vente à votre chum.

Comme je le disais, nous sommes toutes différentes. Alors les bénéfices à réduire qui VOUS parle sont peut-être peu intéressants pour LUI.

Si vous voulez réduire - par exemple - pour gagner du temps ou réduire votre stress, il est possible que votre chum préfère qu’on lui parle de rembourser ses dettes ou économiser pour un voyage.

(Je ne dis pas que vous ne voulez pas voyager, il s’agit simplement de trouver LE motivateur à votre chum.)

Si vous l’approchez avec l’idée de vendre certains de ses outils pour un éventuel voyage, peut-être qu’il sera un peu plus à l’écoute...

Tranquillement, mais sûrement!

Le fait de réduire change nos vies. Quand on libère de la place, les idées peuvent se manifester et certaines peuvent même se changer en projet! On gagne en énergie et en bonne humeur, les bénéfices sont nombreux.

Avez-vous d’autres trucs pour aider votre partenaire à réduire? Avez-vous essayé des défis en famille? Je veux connaître votre aventure!

Vous voulez débuter votre tri avec une approche réussie?

Je vous conseille cet article :

Comment débuter son ménage avec 5 astuces-clés