Je suis (trop) occupée

Julie-Arsène en train de faire du yoga dans le vieux Montréal
J'ai beaucoup aimé mon expérience du Lolë White Tour dans le Vieux-Montréal il y a quelques années. Rassemblés dans un lieu urbain pour y intégrer une touche de détente, je vous le conseille!
Julie-Arsène

Avez-vous remarqué comment le mot “occupé” revient constamment? Prenez note durant une journée, quand vous demandez à votre entourage comment ils vont, la réponse sera fort probablement “occupé”.

J’ai lu récemment un article sur le sujet par Joshua Becker et en toute transparence, je m’en inspire en partie pour celui-ci, version Maman Minimaliste et à la sauce québécoise. Car oui, j’en ai beaucoup à dire sur le sujet!

J’étais très jeune, mais déjà dans les années 80 je voyais les mamans jumeler un emploi à temps plein, portant fièrement les épaulettes, et s’occuper de la maison et tout ce qui vient avec. Nos propres mamans ont agrandi le chemin pour que nous puissions avoir une carrière tout en étant présentes pour leur famille.

Puis les années 90 sont arrivées. Avez-vous déjà travaillé sur un projet full time, fait des rénovations avec des imprévus et jongler la vie familiale, de couple, voir vos amis, payez vos comptes et faire des courses au Costco un samedi à 15h? J’ai l’impression que c’est ça les années 90. Une décennie à tenir ce rythme, une décennie où nos mamans ont dû se transformer en super woman.

Aucune surprise qu’une des expressions populaires de l’époque était “burn-out”.

Une maman transformée en supermom, alias Superwoman
https://mampreneur.wordpress.com/tag/mom/

Je reviens à aujourd’hui, où j’ai moi-même sur mon parcours presque 4 burn-out avant 40 ans. Le premier était au cégep, deux dans la vingtaine et un à la trentaine. Presque un cinquième. Oui, je répète le rythme de ce que j’ai observé, mais force est d’admettre que malgré toute ma bonne volonté, je dois ralentir. Ce rythme n’est pas le mien.

J’écris “presque” burn out car heureusement, j’ai vu les signaux (ainsi que ma médecin). Je suis tellement habituée à être stressée que je devais me rendre bien loin avant de reconnaître les symptômes et de me poser des questions.

Merci yoga et activité physique d’avoir pris soin de mon corps. Merci moment de solitude, de réflexion et de méditation pour m’avoir donné du recul.

 

Bicyclette de Julie-Arsène lors d'un arrêt près d'un point d'eau
Parfois on peut combiner activité physique et moment de détente, tel que ma visite au parc-nature de l'Ile-de-la-Visitation. Toujours un plaisir!
Julie-Arsène

Voyez-vous, je suis le type de personne qui se donne corps et âme à un projet. Donnez l’effort minimal? Connais pas. J’ai dû apprendre (et c’est même une de mes résolutions 2019) à être la “no woman”. Dire oui à toutes les occasions de sortir, aux projets en plus de ma vie au quotidien est trop pour moi, je me suis brûlée.

4 fois, presque 5.

Dire non.

C’est difficile, n’est-ce pas? J’ai l’impression que je vais déplaire, que le téléphone ne sonnera plus. Mais bon, à chacune ses batailles...

Quand on me demande comment je vais, j’aimerais pouvoir répondre bien. En santé. Équilibrée. Est-ce que j’y suis? Pas encore, mais j’y travaille. Car le minimalisme familial, c’est ça aussi. C’est prendre soin de son quotidien pour être la meilleure version de soi-même pour sa famille.

Dire oui constamment paraît bien mais dans mon cas (et peut-être le vôtre?), ça me fait du tort. Je ne dis pas que je ne sortirai plus! J’adore aller prendre un café ou une bière.

Le faire 3 fois par semaine comme avant? Non.

Une fois par semaine? Même pas, j’ai un p’tit dragon qui demande de l’attention, je veux être là pour mon chum et je transforme La Maman Minimaliste en entreprise. Que l'on travaille ou que l'on soit maman à la maison, je crois mordicus que nous méritons toutes de s’accorder du temps. Comme le dit L’Oréal, "je le vaux bien"!

Mais puisque la norme semble être le statut “occupé” et qu’en général, on n’aime pas la différence, ça peut paraître contre-intuitif. Ça m’arrive de ne pas disponible pour un brunch car je veux du temps libre pour moi. Est-ce que cette phrase vous semble étrange? Peut-être pas sur papier, mais en “vrai” on finit souvent par accepter. Car c’est nice les brunchs, ben oui.

Qu’est-ce qui est nice aussi?

Une maman reposée et en bonne santé.

Julie-Arsène et Eli avec du maquillage
Avec mon p'tit dragon, Eli
Julie-Arsène