Mes objets de collections : je garde ou non?

Julie-Arsène avec sa collection de livres Harry Potter
Sue Vo-Ho

Des échanges récents m’ont fait prendre conscience que les collections ne font pas l’unanimité au sein du minimalisme. “J’aime le mouvement mais je ne veux pas me séparer de mes collections … “

Ha je sais! Pas facile quand ça nous rappelle un être cher et que c’est une collection dont on a héritée.

Ou quand on a passé des jours et des jours à chercher ledit objet, l’acquérir, l’admirer, le tenir dans nos mains et là il faudrait … s’en départir? Hummm.

“Julie-Arsène, est-ce que je peux sauter cette étape du ménage minimaliste?”

Très chère maman qui aime sa collection, prenons un moment ensemble pour parler du sujet. Après, ce sera votre décision, je vous le promets!

Une jeunesse toute en collection

Avant de vous parler si vous devriez garder ou non votre collection, je fais une petite parenthèse pour vous dire que j’ai multiplié les collections pendant bien longtemps. Absolument tout était prétexte à collection!

Exemple de voitures de collections
Avez-vous encore des collections de votre jeunesse à la maison?
Photo by Maksym Kaharlytskyi on Unsplash

Il semblerait que dans notre famille, nous ayons des gènes de collectionneurs.

Chez mon grand-père maternel, c’était les livres et les encyclopédies. Il en a tellement acheté que je ne suis pas sûre de me rappeler la couleur des murs du salon. Ma mère a hérité de la même passion pour les livres, qu’elle m’a transmise.

Mon père est plutôt un collectionneur de tableaux et il s'est développé un intérêt pour la lecture après sa retraite. Il n’a jamais été attaché tant que ça aux objets, donc il y a une rotation régulière d’objets chez lui : livres, tableaux, meubles. C’est comme s’il avait trouvé la bonne quantité d'objets. Quand ce dernier a rempli son but, il le laisse aller et passe au suivant. Sa conjointe possède la même aisance à savoir ce qu'elle garde et ce qui franchit la porte!

Moi dans tout ça?

J’ai plutôt opté pour la frénésie des collections. À 7 ans c’était les éponges de bain et les petites bouteilles de shampoing (un peu bizarre mais passons =). Après sont venus les collants que l’on met dans les cahiers...

Une collection de roches et cristaux. De toutous. De livres, bien sûr.

Nommez une collection, je l'avais probablement!

Une collection de macarons!
Ha oui, j'avais aussi une collection de macarons...
Photo by chuttersnap on Unsplash

Nos collections en tant qu’adulte

En tant qu’adulte, je me suis calmée le pompon. Non je n’ai plus ma collection d’effaces - et oui... - et mon réconfort ne se trouve plus dans mes toutous.

J’ai dit merci à ma collection de bulles de bain et à mes bandes dessinées des Tortues Ninja.

En tant qu’adulte, je collectionne peu à l’exception d’un univers qui me rend vraiment gaga. J’ai nommé (roulement de tambourrrrr… ) : Harry Potter.

Oh que oui, je suis une fan assumée!

Quand mon amie Léa m’a parlé des livres Harry Potter, il devait y en avoir deux publiés. Puis quand ma grand-mère Louise a reçu un coffret avec les premiers livres, j’ai eu le déclic. Elle me les a prêtés (euh... donnés?) et ça y est, j’avais la piqûre.

  • J’ai dû lire le 4e tome au moins dix fois.

  • À chaque sortie d’un nouveau livre, je faisais une pré-commande pour être sûre d'en avoir une copie.

  • Quand je recevais le livre, je disais à mon chum de l’époque “si tu veux faire de quoi de ton côté pour les prochains jours, c’est bien parfait, je vais être occupée!”

  • Je lis la série pratiquement à chaque deux ans.

  • Le premier film? J’ai l’ai vu avec ma grand-mère et ma mère au cinéma. Trois générations à vivre un univers de magie.

  • Écouter la version symphonique de la trame musicale? Vécue avec une amie!

  • Le parc thématique à Orlando? Je l’ai visité pour mon anniversaire avec ma belle-maman!

Julie-Arsène en visite à Orlando pour découvrir l'univers d'Harry Potter "en vrai"
Me voici à Orlando, il y a quelques années! Malgré ma peur des manèges, j'ai adoré passer la journée dans mon univers préféré. Comme quoi une "collection" peut se transformer en expérience. =)
Julie-Arsène

Voyez-vous où je veux en venir? Quand je prends ma collection d'Harry Potter  dans mes mains, j’ai 1001 choses à vous raconter.

Bref, elle reste!

Alors… qu’est-ce qui reste et qu’est-ce qui part?

J’ai pris des décisions

Je dois vous avouer que j’ai déménagé mes multiples collections très longtemps sans me poser de questions. Mon parcours avant de devenir minimaliste a été long et j’ai eu besoin de ce temps pour comprendre le rôle de chaque objet dans ma vie.

Ma collection de pièces de monnaie? Elle aussi est passée au suivant. Non seulement je ne collectionne plus la monnaie depuis 25 ans, mais elle “dormait” dans un coffre dans mon espace de rangement. Pas très valorisée comme collection… Bye bye.

J’avais une collection d’environ 30 livres des prix Nobel de littérature. Combien de livres ai-je lu de cette collection en 10 ans? Un. Seulement un, et je l’ai prêté à quelqu’un sans jamais le revoir. Ces livres m’ont plutôt été utiles pour me créer une  table de chevet puis une table d'appoint. Ils ont été utiles… différemment!

Pourquoi les ai-je gardés si longtemps? Car ils me rappelaient mon grand-père.

Haaaaa, révélation! Est-ce que je peux me rappeler d’une façon différente mon grand-père?

Oui.

Ça y est, ces livres étaient prêts à passer au suivant.

J’ai enfin compris ce que chaque collection voulait dire pour moi et j’ai pris des décisions. En tant qu’enfant unique, avoir beaucoup d’objets m’apportait du réconfort. En tant qu’adulte, les objets sous mon toit racontent qui je suis et ce que je veux projeter. Consciemment ou non.

Nos collections ont le même rôle, il suffit simplement de savoir ce qu’elles nous apportent pour savoir si on les garde ou non.

Dans mon cas, aujourd'hui seule ma collection de livres Harry Potter me fait vibrer et “vit” dans la maison. Les autres avaient plutôt des histoires situées dans le passé, sans plus. Rien qui me faisait vibrer au présent.

Un verre de shooter sur une table en bois
Autre collection : des verres à shooter! Un par voyage, puis ceux jolis vus dans les magasins. Pratiquement jamais utilisés sauf en décoration, il cumulait la poussière... Aujourd'hui? Il m'en reste 1, mon préféré.
Photo by Eric Gilkes on Unsplash

En tant que minimaliste, vous ne signez pas un contrat pour vivre en spartiate. Non!

C’est simplement d’enlever l’excès et de trouver le juste nombre d’objets qui vous conviennent.

Oui, vous avez le droit à la quantité de collections que vous voulez. Mais s’il-vous-plaît, posez un regard honnête sur celles-ci : que m’apporte ces objets? Ai-je besoin de toute la collection? Est-ce que je valorisais plus ma collection avec quelques éléments au lieu des 50?

Si votre collection est dans une boîte cachée ou dans un tiroir, que vous apporte-t-elle vraiment?

En résumé, vous avez bien sûr le droit à vos collections, même en tant que minimaliste. La différence? Vous savez ce qu’elle vous apporte au quotidien et vos yeux pétillent quand vous en parlez!

Une main qui tient un beau coquillage
C'est vrai, j'avais aussi une collection de coquillages. Je les utilise aujourd'hui principalement pour décorer mes plantes ou les mettre au fond des pots pour aider la filtration des racines. Pratico-pratique!
Photo by Stéphan Valentin on Unsplash

Êtes-vous une maman qui collectionne? Avez-vous une famille qui aime collectionner? Racontez-moi votre histoire et comment vous approchez vos collections! C’est toujours un plaisir de vous lire.

Certains objets donnent un peu plus de fil à retordre pour prendre une décision : est-ce que je garde ou non...

Vous voulez savoir lesquels? C'est par ici!

Les 7 types d'objets ennemis du minimalisme