Comment débuter son ménage avec 5 astuces-clés

Sofa bleu sur mur blanc en brique
Photo by rawpixel.com from Pexels

En tant que minimaliste, y a-t-il des objets qu’on doit garder ou éviter? Peut-on garder certaines collections d’objets que nous aimons? (J’ai en tête ma collection de livres Harry Potter!)

Je me suis posée beaucoup de questions au début de mon aventure car je connaissais peu le mouvement. Après plusieurs lectures et recherches, j’ai découvert un courant qui est loin du cliché des quatre murs blancs avec pratiquement aucun meuble!

J’ai plutôt découvert un discours généralement nuancé où l’important est de respecter son rythme et ses limites. Si vous aimez quelque chose, alors gardez-le! Personnellement, j’aime bien décrire le minimalisme comme la recherche du bien-être en éliminant l’excès.

Justement, sentez-vous qu’il y a un trop plein chez-vous? Cherchez-vous des trucs pour débuter l’aventure du ménage minimaliste? Si oui, vous êtes au bon endroit! Mais avant de commencer, un petit retour en arrière....

Retour en arrière

J’ai été élevée avec la voix de ma mère qui me disait, en m’enfilant un chandail des années pré-90, “je t’ai gardé ce chandail car j’étais sûre qu’il te ferait un jour” et “je garde ces vêtements car tout revient à la mode aux 10 ans”.

J’ai conservé ce réflexe d’emmagasiner dans chaque recoin de tiroir. J’avais d’ailleurs une vingtaine de caisses de livres pour chaque déménagement.

J’adore les livres, d’ailleurs je suis un vrai rat de bibliothèque depuis que je sais lire. N’empêche, j’ai déménagé beaucoup trop de fois les mêmes encyclopédies et romans sans jamais les ouvrir (et seulement les dépoussiérer).

Assez!

Woman hiding behind a book
Hoang Bin on Pexels.com

Je me disais que ça faisait beau sur les murs, mais c’est rien en comparaison du sentiment de liberté vécu quand j’ai donné presque tous mes livres pour garder seulement deux étagères. Oui, deux. Et la moitié inclus des livres de recettes, des livres à échanger et des plantes.

Je privilégie - justement - les livres de la bibliothèque ou je prends un livre dans la microbiblio du coin, et je redonne ensuite. J’ai gardé uniquement les livres qui me font vraiment plaisir et que je relis (oui, mes Harry Potter sont toujours là!).

Avant mon dernier déménagement, une amie m’a invitée à faire le défi du groupe The Minimalists, qui consiste à se libérer d’un objet pour le jour 1, deux objets le jour 2, et le tout pendant 30 jours. J’ai décliné au début, voyant ce défi comme insurmontable. Et puis ça me titillait trop, j’ai dit oui!

En quelques mois, j’ai finalement sorti 2000 objets de mon studio - et locker -, et ce défi demeure un de mes grands accomplissements personnels. Je me sens tellement libre qu’aujourd’hui, ma motivation est de ne plus revivre ce clutter qui alourdit pensée et quotidien.

Car oui, notre stock - ou son absence - a un réel impact sur notre mental.

Comment débuter avec ces 5 astuces-clés

Maintenant que vous avez le mindset et que vous êtes prête à un ménage de printemps digne de ce nom, bravo à vous, la moitié est accomplie!

Voici un résumé par où commencer, qui est inspiré d’un mélange de lectures et de ma propre mise en pratique.

1 - Identifiez votre motivation à faire cet exercice

Votre motivation sera utile pour vous guider et vous aidera à garder le cap face à certains objets (surtout ceux à valeur émotionnelle). Dans mon cas, je voulais déménager le tout dans un camion de 10 pieds cube U-Haul, et finalement j’ai (presque) réussi avec l’aide additionnelle de la voiture d’une amie.

Quelques exemples de motivation :

  • je souhaite une vie plus simple et où le choix est plus facile

  • je veux faciliter l'organisation de la maison
  • je veux arrêter d'étouffer dans mes affaires

  • je déménage et je veux "x" nombre de boîtes au maximum

2 - Choisissez un filtre réaliste qui vous permet de prendre la décision : je garde ou non?

La méthode Marie Kondo pose une question : est-ce que cet objet m’apporte de la joie? Cette question a été mon fil conducteur pour faire mon propre ménage de printemps minimaliste. Il faut reconnaître la valeur émotionnelle des objets, car nos décisions sont bien souvent motivées - pour tous les aspects de notre vie - par une émotion.

Quand vous choisirez votre filtre, assurez-vous qu’il vous garde dans le présent. “Est-ce que cet objet me rappelle un moment important?” est un mauvais filtre puisqu’il fait référence au passé!

Vous pouvez opter pour quelque chose de similaire au minimaliste Joshua Becker quand il se questionnait sur ses appareils électroniques : “est-ce que cet objet améliore ma vie?” (does it improve my life?). Et c’est un filtre situé dans le présent.

Une autre idée est de simpliment débuter par la question "ai-je utilisé cet objet dans la dernière année?" Voyez la pile augmenter plus que vous ne l'auriez imaginé!

3 - Commencez par les objets ayant le moins de connotation émotionnelle

Il est plus facile de commencer à se débarrasser d’un objet avec peu d’attachement que de se torturer avec des photos de vos amis d’enfance ou la verrerie qui est dans votre famille depuis 3 générations. Montrez de la compassion envers vous-même à ce stade, car vous devrez être intransigeante plus tard!

Par exemple, j’ai gardé les albums de famille et les cartes de souhaits pour la toute fin.

Boîte avec des photos de famille à l'intérieur
Kaboompics.com sur pexels.com

4 - Je garde, je donne, je vends, je jette

Ici débute le VRAI travail. Débutez par un coin de pièce ou une pièce que vous jugez “facile”. Vous pourrez toujours y revenir au besoin, l’objectif est de commencer l’aventure et se donner un coup de pouce!

Quand vous aurez un moment tranquille et que votre propre dragon fera la sieste ou sera à la garderie, installez-vous confortablement et faites 4 piles : je garde, je donne, je vends, je jette.

5 - Sortez-moi ces objets!!!

De grâce, ne vous torturez plus et sortez immédiatement les objets quand vous décidez que c’est out. Conseil, sortez-les avant d’en parler à votre entourage pour éviter d’être influencée. Quand c’est parti, c’est parti.  

Ok, maintenant je le mets où mon stock à sortir?

Avant de jeter ou recycler, pensez à donner les objets en bon état pour une seconde vie. Il est possible d’aller porter ses articles dans les boîtes (ex. Armée du Salut, Renaissance) à tout moment durant la semaine. Si votre horaire vous le permet seulement dans quelques jours, pensez à mettre vos sacs directement dans votre voiture. J’ai aussi utilisé les groupes Facebook “As-tu ça toi?” pour donner des objets et j’ai eu des réponses en quelques heures!

Logo du groupe As-tu ça, toi?

En attendant la cueillette des vidanges, je vous suggère de mettre le tout dans des sacs opaques et sortez-les physiquement de chez-vous. Tant mieux s’il n’y a pas de toit et qu’il pleut sur vos sacs : je connais peu de personnes qui vont se dire “je vais rentrer ce sac mouillé chez moi car j’ai changé d’idée”. On se rend la vie difficile si on flanche!

Pour le reste, ciblez l’écocentre le plus près de chez vous, ou tout endroit où il est possible d’apporter vos sacs.

Note personnelle : j’ai vendu plusieurs articles via kijiji et dans les bazars sur Facebook. Préparez-vous, ça prend beaucoup de temps et d’effort et il y a plusieurs rendez-vous annulés.

***

Alors, que ferez-vous la fin de semaine prochaine? Avez-vous essayé de vraiment vous libérer du trop-plein chez vous? J’aimerais vous lire et connaître votre expérience.

Vos trucs sont les bienvenus!

Vous avez aimé cet article?

Découvrez les bienfaits émotionnels du minimalisme!